L’Afrique, face à une « crise alimentaire sans précédent » : 20 % de sa population est « sous-alimentée »

Avec environ 282 millions de personnes « sous-alimentées » dans Afriqueenviron 20 % de sa population, le continent est confronté à « une crise alimentaire sans précédent », qui n’a cessé d’empirer depuis la pandémie corona virusLes Nations Unies et l’Union africaine (UA) ont prévenu ce jeudi.

« La détérioration de la situation en matière de sécurité alimentaire et l’absence de progrès vers les objectifs mondiaux de nutrition de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) rendent impératif que les pays intensifient leurs efforts« , a déclaré le directeur général adjoint de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, Abebe Haile-Gabriel, en présentant un nouveau rapport de son organisation.

L’étude, présentée ce jeudi à la Commission africaine des statistiques agricoles (CAFA) de la FAO, a également bénéficié de la participation de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (Uneca), du Programme alimentaire mondial (PAM) et de la commission (secrétariat) du Union africaine (UA).

« Après un longue période d’amélioration entre 2000 et 2010, la faim s’est considérablement aggravée et l’essentiel de cette détérioration s’est produite entre 2019 et 2022″, note le rapport.

« La détérioration s’est produite dans toutes les sous-régions (de l’Afrique) au cours de la première année de la pandémie de Covid-19 et s’est poursuivie en 2022. Par rapport aux chiffres d’avant la pandémie, l’Afrique centrale a enregistré la plus forte augmentation de la prévalence de la malnutrition, de 4,3 points de pourcentagesuivie par l’Afrique de l’Ouest, avec 3,6 points de pourcentage », a-t-il ajouté.

L’enquête a révélé que Environ 78 % de la population africaine, soit plus d’un milliard de personnes, « n’ont toujours pas les moyens de se nourrir sainement ».contre 42 % à l’échelle mondiale.

Les experts attribuent ces données à l’augmentation des prix des denrées alimentaires de base, notamment en Afrique de l’Est et de l’Ouest.

Donc, Environ 30 % des enfants en Afrique souffrent d’un retard de croissance pour avoir une alimentation inadéquate.

« Nous espérons que ces résultats favoriseront la transformation des systèmes agroalimentaires ainsi que d’autres systèmes tels que l’éducation, la santé et l’énergie, afin d’améliorer la production, la nutrition, l’environnement et la vie de chacun, en veillant à ce que personne ne soit laissé pour compte »,  » les auteurs du rapport ont indiqué dans leur document