L'armée israélienne libère quatre otages kidnappés par le Hamas à Gaza

Un week-end d'octobre, ils sont sortis faire la fête. Mais il leur a fallu huit mois et un jour pour rentrer chez eux. Alors qu'il n'y avait presque plus d'espoir, l'enlèvement des Israéliens Noa Argamani, Almog Meir, Andrey Kozlov et Shlomi Ziv Cela a eu une fin heureuse. Après plus de 240 jours sans voir la lumière du soleil, Ce samedi, l'armée israélienne a réussi libérez-les de leur captivité dans le camp de réfugiés de Nuseirat, au centre du bande de Gaza. Pour libérer ces quatre Israéliens, les soldats ont tué plus de 210 Palestiniens. Cet exploit ne pouvait pas mieux tomber pour le Premier ministre. Binyamin Netanyahou, alors que la pression augmentait de la part de la population israélienne pour qu'elle accepte un cessez-le-feu qui ramènerait les otages. Désormais, Bibi peut démontrer que les massacres de Palestiniens servent à ramener son peuple chez lui.

Leurs visages tapissent des murs entiers autour d’Israël. Celui de Argamani, surtout. Son look en amande et son large sourire sont devenus célèbres le 7 octobre, même s'ils étaient absents de la vidéo qui l'a rendue célèbre. Plusieurs combattants du Hamas ou d'autres milices palestiniennes emmenaient la jeune fille de 25 ans à moto vers Gaza. « Ne me tue pas, s'il te plaît », a-t-elle imploré en voyant son petit ami, visiblement effrayé, se faire forcer à marcher par d'autres miliciens. Mais maintenant, ce même sourire ouvre toute l’actualité en Israël. Son père la serre dans ses bras et la caresse, ne croyant toujours pas qu'il l'a là. De plus, la libération de Noa est tombée le jour de son anniversaire. « Faisons la paix avec nos voisins, de toutes les manières possibles ; Je veux qu'il y ait la paix ; pour que ma fille revienne », a déclaré Jacob Argamani un jour après l'enlèvement de sa fille. « Assez de guerres ; ils (les Palestiniens) ont aussi des victimes« Ils ont aussi des captifs et des mères qui pleurent pour eux », se souvient-il alors.

116 captifs

Au cours de ces huit mois d'agression féroce contre Gaza, qui a déjà fait plus de 36 801 Palestiniensles troupes israéliennes n'ont réussi qu'à récupérer sept otages vivants. Lors du dernier sauvetage, début février, l'argentino-israélien Fernando Simón Marmán et Norberto Luis Har ont également été libérés au milieu d'une opération à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, qui a dévasté la vie de quelque 70 habitants de Gaza. Depuis, plus rien. Seules quelques confirmations arrivent d'otages tués en captivité à cause des bombardements israéliens ou à cause du manque de soins médicaux dû à l'effondrement sanitaire de l'enclave. Les corps de 19 Des otages, dont trois tués par erreur par les militaires, ont été récupérés durant cette période. Aujourd’hui, il reste environ 116 captifs dans l’enclave. Au moins 41 d'entre eux sont mortsselon le gouvernement israélien.

Le sauvetage d'Argamani, Meir, 21 ans, Kozlov, 27 ans, et Ziv, 40 ans, a eu lieu dans le Camp de réfugiés de Nuseiratoù cette semaine l'armée israélienne a bombardé plusieurs écoles de Les Nations Unies qui a servi de refuge aux Palestiniens déplacés et a tué des dizaines de Gazaouis. Les trois hommes étaient ensemble et Argamani a été secouru ailleurs. Les quatre ont été kidnappés dans le Fête de la Nouvelle, à seulement cinq kilomètres de la frontière entre Israël et Gaza. En quelques heures seulement, alors que le soleil se levait, des dizaines de miliciens du Hamas Ils ont tué 364 personnes, dont certains étaient les compagnons de ces otages récemment libérés. Les quatre anciens captifs sont en bonne santé et se trouvent avec leurs familles au centre médical Sheba, où Kozlov et Argamani ont également été soignés. Visite de Netanyahouselon les médias israéliens.

Une seule trêve

« Je vous embrasse au nom de toute la nation d'Israël », a déclaré le président. Isaac Herzog à Argamani lors d'un appel téléphonique. Sa libération était demandée pour des raisons humanitaires particulières, puisque sa mère, d'origine chinoise, est en phase terminale d'un cancer. L'opération de sauvetage a été menée entre les troupes du Arméeagents du Shin Bet et la police d'élite Yamam, en deux points au coeur de Nuseirat. Un membre de cette dernière unité a succombé aux blessures causées lors de l'activité qui s'est déroulée sous des tirs intenses. «C'est un triomphe miraculeux», a célébré le Forum des familles d'otages et de personnes kidnappées. « Aujourd'hui, avec la joie qui inonde Israël, le gouvernement israélien doit se souvenir de son engagement à récupérer les otages encore détenus par le Hamas : ceux qui vivent pour leur réhabilitation, ceux qui ont été assassinés pour être enterrés», a-t-il exigé dans un communiqué.

Durant ces huit mois de guerre, une seule trêve de six jours seulement a eu lieu. Fin novembre, les bombardements ont cessé, de sorte que 105 otages israéliens de quitter la bande de Gaza en échange de 240 prisonniers palestiniens qui ont quitté les prisons israéliennes. Depuis, toutes les négociations ont échoué. Vendredi dernier, le président des États-Unis, Joe Biden, a présenté une nouvelle proposition de cessez-le-feu en trois phases, mais, pour l'instant, elle n'a pas été acceptée par les parties. Le Hamas insiste sur le fait qu'il n'approuvera aucune initiative qui n'inclut pas cessation définitive des hostilités. Netanyahu a catégoriquement nié que cela soit une possibilité, au milieu des menaces de leurs partenaires gouvernementaux quitter la coalition si elle accepte un cessez-le-feu.

Désormais, le leader invincible a plus d’arguments pour poursuivre l’opération militaire, et il n’y a rien de plus puissant que de voir le bonheur de Noa, Almog, Andrey, Shlomi et de leur famille.