L'Irlande annonce qu'elle reconnaîtra la Palestine comme État le 28 mai

Le Premier ministre irlandais, Simon Harris a annoncé mercredi qu'il reconnaîtrait la Palestine comme État le 28 mai. dans le cadre d'une action conjointe avec l'Espagne et la Norvège visant à parvenir à une « paix permanente » entre Israéliens et Palestiniens.

« Aujourd'hui est un jour historique pour l'Irlande et la Palestine », a déclaré le chef du gouvernement de Dublin aux côtés de ses deux partenaires de la coalition des démocrates-chrétiens, des centristes et des Verts.

Harris espère que davantage de pays se joindront à la décision adoptée par l'Irlande, l'Espagne et la Norvège dans les semaines à venir pour faire la bonne chose ».

Le « taoiseach » (Premier ministre en gaélique) a expliqué que l'Irlande reconnaît la Palestine en tant qu'État parce que croit « en la liberté et la justice en tant que principes fondamentaux du droit international ».

Harris a réitéré qu'une Palestine « indépendante » et « libre » contribuerait à maintenir en vie la solution à deux États, la « seule manière », a-t-il dit, d'aborder un processus de négociation menant à une paix permanente.

Bien qu'Israël ait déclaré publiquement que la reconnaissance de l'État palestinien « encouragerait le terrorisme », Le dirigeant irlandais a défendu sa position et adressé un message conciliant à Tel-Aviv.

« Au peuple d'Israël, je dis que l'Irlande reconnaît l'Etat d'Israël et condamne les actes sauvages commis par le Hamas en octobre », a souligné Harris, qui a rappelé que cette organisation terroriste ne représente pas les Palestiniens.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Israel Katz, a annoncé après l'annonce également faite par la Norvège qu'il convoquait ses ambassadeurs à Dublin et à Oslo pour des consultations, et a mis en garde l'Espagne contre les « conséquences graves » qu'aurait, juste avant, la poursuite sur la même voie. le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, a également annoncé qu'il reconnaîtrait la Palestine comme État le 28 mai.

Le taoiseach a déploré que les habitants de Gaza endurent désormais « les souffrances, les difficultés et la faim les plus atroces ».

« Les civils des deux côtés doit être protégé par le droit international humanitaire. La seule voie vers la paix passe par la politique », a-t-il ajouté.

Le vice-Premier ministre irlandais, le centriste Micheál Martin, a également qualifié cette journée d'historique et a estimé qu'elle contribuerait à faire avancer le conflit « dans la bonne direction ».

« C'est une déclaration claire et immuable de notre profonde conviction qu'il ne peut y avoir de paix au Moyen-Orient tant que les peuples israélien et palestinien ne jouiront pas des mêmes droits et de l'autodétermination », a déclaré le « numéro deux » du gouvernement de Dublin, qui détient également le ministère des Affaires étrangères.