Le corps insiste sur le fait que la prolongation des budgets n'affectera pas l'engagement de 3% de déficit

Le Ministre de l'Économie, du Commerce et des Affaires, Corps de Carlosa réitéré que l'engagement de porter le déficit public à 3% en 2024 ne sera « en aucun cas » tronquée par la prolongation du Budgets généraux de l'État de l’exercice 2023.

C'est ce qu'a déclaré lors de la conférence « Situation et perspectives de l'économie espagnole », organisée par la Chaire de la Fondation Économie et Société « la Caixa », et présidée par le ministre lui-même.

Comme il l'avait déjà annoncé à d'autres occasions, et après avoir appris la semaine dernière que le Gouvernement avait choisi de travailler sur les comptes publics pour 2025, en maintenant la prolongation des budgets 2023, Corps a répété que l'Exécutif n'oubliera pas l'élément de responsabilité budgétaire, qui est « inaliénable »« pour la croissance de l'économie espagnole.

En ce sens, il a souligné que l'engagement de 3% déficit public en 2024 « cela ne sera pas affecté« En aucun cas à cause de cette décision, car elle représente l'un des trois grands défis auxquels l'Espagne est actuellement confrontée en matière économique.

« Mon évaluation, a priori, est que l'impact de la prolongation du budget sur nos prévisions est minime. Nous n’allons toucher ni aux prévisions de déficit ni à celles de croissance en fonction du processus de prolongation », a-t-il souligné.

Un autre des grands défis systémiques évoqués par le ministre est lié à la sécurité économique dans le contexte de la redéfinition de la situation géopolitique, qui nécessite une action décisive en matière de emploi.

Comme indiqué, Il reste encore « beaucoup » à faire pour atteindre le mantra et l’objectif du plein emploicar le taux de chômage structurel de l'économie espagnole reste « inabordable » et trop élevé par rapport à d'autres économies avancées.

Ainsi, il a exhorté à continuer à travailler pour le réduire, en même temps que le qualification des travailleursce qui implique nécessairement de pouvoir identifier la chaîne de valeur des talents, avec un diagnostic clair des déficiences et des déséquilibres en termes de compétences et d'adéquation entre l'offre et la demande sur le marché du travail.

Le troisième défi est la modernisation et la compétitivité des entreprises et du tissu productif. La volonté réformiste, a-t-il indiqué, doit également englober la productivité des entreprises espagnoles.pour lequel il a valorisé le plan de relance qui permet un large accès aux projets des grandes entreprises, mais qui atteint également les petites entreprises.

Interrogé sur l'influence de la situation politique sur les performances économiques de l'Espagne, le ministre a défendu que tant à l'intérieur que dans le reste de l'Europe règne le modèle de gouvernements minoritaires ou de coalition, c'est pourquoi il a souligné que les investisseurs s'habituent à « un contexte de dialogue et de négociation »ce qui n'est pas un frein pour attirer vos capitaux.

« Je crois que ce dialogue et cette négociation doivent être utilisés pour faire émerger des projets législatifs », a-t-il souligné. Ainsi, il a réitéré que les investisseurs manifestent un intérêt croissant pour l'Espagne parce que les comptes leur conviennent.

La qualification de la main d'œuvre, les prévisions de croissance macroéconomique, la rentabilité attendue ou le différentiel énergétique sont quelques-uns des éléments que le ministre a souligné pour souligner que la situation de l'Espagne continue d'être « avantageuse » pour que de nombreux investissements continuent d'arriver.