Les sept postures qu'il faut pratiquer chaque jour

Vous ne connaissez pas l’Ashtanga Vinyasa Yoga ? Il s’agit d’un style de yoga rigoureux qui suit plusieurs séries spécifiques et fermées de postures dans un certain ordre.

Vinyasa signifie mouvement accompagné de respiration, ce qui signifie que dans ces cours, la clé est de circuler par la respiration et le mouvement.

La méthode Ashtanga est composée de plusieurs séries et la première « Chiktsa Yoga » (yoga thérapeutique) aligne le corps et le purifie en éliminant les toxines et ses sept postures de clôture sont particulièrement pertinentes.

Dans l'Ashtanga Vinyasa Yoga, le pratiquant explore cette séquence à son rythme, en recevant les postures de la main du professeur, mais il y a sept postures qui sont toujours incluses, quel que soit l'endroit où l'on se trouve dans la séquence. Il y en a sept et la raison est qu'ensemble, ils fournissent tout ce dont le corps a besoin pour être en parfaite santé et éviter les maladies. Tous sont retenus pendant 10 respirations.

Pattabhi Jois recommande de ne plus faire de postures après avoir pratiqué ces sept.

Le Vela, SARVANGASANA. Améliore la circulation sanguine, stimule le fonctionnement du système digestif, équilibre le système nerveux, stimule le chakra vishuddhi, combat les maladies comme l'asthme, le diabète, les hémorroïdes, les varices…

Allongé sur le dos sur le tapis, les jambes tendues et les mains de chaque côté des jambes, paumes face au sol, expirez et ramenez les genoux vers le ventre, levez les hanches et le tronc à la verticale pendant que vos mains sont en appui. sur le dos. Les jambes, le tronc et les épaules doivent être sur la même ligne verticale.

La charrue, HALASANA. Purifie et renforce les intestins, la région de la taille et le canal de la gorge.

Depuis Sarvangasana, rapprochez les jambes et étirez-les derrière la tête jusqu'à ce que les pieds touchent le sol. Entrelacez vos doigts, étirez vos coudes et faites pivoter vos poignets.

Pose de pression auriculaire, KARNAPIDASANA. Élimine les maladies de l'oreille, supprime les tensions du tronc, du cœur et des jambes et augmente la circulation sanguine au niveau de la taille.

Depuis Halasana, pliez vos genoux et placez-les à côté de votre oreille correspondante en exerçant une pression dessus. Gardez vos orteils tendus. Tenez entre une demi-minute et une minute.

Le Lotus vers le haut, URDHVA PADMASANA. Il purifie les canaux anaux et urinaires et rend la partie antérieure de la colonne vertébrale plus forte et plus ferme.

Depuis Karnapidasana, placez Padmasana (pieds de lotus), placez vos mains sur vos genoux et appuyez en étirant bien vos bras.

L'embryon dans l'utérus, PINDASANA. Purifie le bas-ventre, la colonne vertébrale, le foie, la rate et l'estomac.

Depuis Urdhva Padmasana, abaissez lentement les jambes vers le front et embrassez les jambes avec les bras, en tenant fermement les poignets et en gardant tout le poids sur les épaules.

Le poisson, MATSYASANA. Il apporte de la souplesse au bassin, élargit le thorax, améliore la respiration et régule la glande thyroïde.

Depuis Pindasana, ramenez vos jambes au sol, étendez votre dos vers le haut, soulevez votre taille et placez le sommet de votre tête sur le sol.

Posture des jambes surélevées, UTTANA PADASANA. Il tonifie le cou et le dos, régule l'activité de la glande thyroïde, maintient la zone dorsale de la colonne vertébrale saine et renforce et étire les muscles abdominaux.

Depuis Matsyasana, relâchez les pieds et soulevez les jambes à un angle de 45-50º et les bras avec les paumes jointes.

Journaliste, professeur

yoga et expert en nutrition et Ayurveda (École Unmani.

C/ Tres Cruces, 17,

mezzanine.

www.yogaenzamora.com)

Curiosités sur l’Ashtanga Yoga

Traditionnellement, il est pratiqué six jours par semaine, dont cinq à la manière de Mysore (le nom vient de la ville indienne où Saraswathi et Sharath Jois, les descendants du précurseur de l'Ashtanga, Pattabhi Jois ou Guruji, possèdent le Shala) et un cours guidé, sauf les jours de pleine ou de nouvelle lune, car le corps est plus sujet aux blessures. La pratique de cet enchaînement vous procure une grande force, souplesse et équilibre, tant physiquement que mentalement. Dans cette méthode de yoga, le travail avec la respiration, les bhandas (fermetures énergétiques) et les dristhis (concentration sur l'endroit où nous plaçons notre regard) sont essentiels. La discipline (abhyasa) est également très importante pour que le corps s'y habitue et ne se blesse pas. Le style Mysore se caractérise par des cours non guidés. Cela permet à l'élève de pratiquer seul sous la supervision d'un enseignant qui approuvera les postures et les ajustera aux postures dont il a besoin et ajoutera d'autres postures à la pratique à mesure qu'il verra que l'élève est prêt pour cela. Il est important d’être patient et prudent avec son corps car c’est une pratique très exigeante physiquement et mentalement.