Talgo maintient son portefeuille de commandes de trains à des niveaux maximaux en attendant l'approbation par le gouvernement de l'offre publique d'achat

Talgo a réalisé au premier trimestre 2024 certains chiffre d'affaires de 166,5 millions d'euros, 31% de plus que sur la même période de l'année précédente, et un bénéfice net de 10,4 millions d'euros, en hausse de 400%, avec un carnet de commandes de convois à des sommets historiques, qui représentera plus de 4 000 millions de revenus dans les années à venir. L'amélioration de son activité opérationnelle jusqu'en mars intervient en pleine offre publique d'acquisition (OPA) que le groupe hongrois Magyar Vagon a lancée sur l'entreprise, qui a été officialisée le 7 mars et est en attente de l'approbation du gouvernement.

L'entreprise, détenue majoritairement par le fonds d'investissement britannique Trilantic, comme l'explique la présentation envoyée à la Commission nationale du marché des valeurs mobilières (CNMV), a reçu de nouvelles récompenses entre janvier et mars, la plupart étant des extensions de contrats déjà signés avec les compagnies ferroviaires publiques. de l'Allemagne et du Danemark. Talgo est convaincu que son carnet de commandes de fabrication « offrira une visibilité sur les revenus et l'activité industrielle pour les 5 à 8 prochaines années ». De plus, l'équipe de direction a détecté des opportunités commerciales d'une valeur de 15 milliards, dont 3,5 milliards sont des « opportunités actives dont la résolution est attendue à court et moyen terme ». Une autre étape franchie par Talgo au cours des premiers mois de 2024 a été la livraison des premiers trains Avril à Renfequi connaît de nombreux retards.

Entre janvier et mars, Talgo a réussi à améliorer ses ratios financiers grâce à un plan mis en place pour atténuer les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et par les clauses d'indexation incluses dans les ordres de fabrication et de maintenance, qui permettent de réduire les risques de volatilité des matériaux et matières premières. Au cours de cette période, il a obtenu un résultat brut d'exploitation (ebitda) de 20,1 millions34% de plus qu'au premier trimestre 2023. « La performance de l'entreprise (jusqu'en mars) et les attentes actuelles permettent à Talgo de confirmer les perspectives pour l'exercice 2024 », a-t-il souligné dans la présentation des résultats.

En attente du résultat de l’offre publique d’achat

Les actionnaires de Magyar Vagon et Talgo attendent le résultat final de l'offre publique d'achat. Le 4 avril, le consortium public-privé a envoyé le prospectus officiel de l'offre publique d'achat au régulateur boursier espagnol, même si auparavant, le 22 mars, une information préalable avait également été envoyée à l'exécutif ACTIVOS, la verticale économique de Prensa Ibérica. C'est le Conseil des ministres qui doit accepter ou rejeter l'offreune fois qu'il aura reçu un rapport obligatoire à ce sujet du Foreign Investment Board (JINVEX), un organisme dépendant de la Direction générale du commerce international et de l'investissement.

Jusqu'à présent, la position officielle du gouvernement est opposée à cette opération, craignant que le constructeur ferroviaire ne finisse par être contrôlé par la Russie. Cependant, ces dernières semaines, L'exécutif a manœuvré pour inclure des critères, la branche d'investissement de la Fondation La Caixa, dans l'équation, en tant que partenaire financier, sans qu'il y ait eu aucun mouvement public. Des critères auraient posé comme condition la collaboration avec un partenaire industriel, principal obstacle à la réalisation de cette « contre-reprise », puisqu'aucun des concurrents nationaux et internationaux de Talgo n'a souhaité reprendre l'entreprise par le passé.