GP ALLEMAGNE | Suivez en direct la course MotoGP 2024 au Sachsenring

En vue de 98 015 fansqui est devenu fou, fou, dans les cinq derniers tours, avec le drapeau final d'un amusant Keanu Reevesil Grand Prix d'Allemagne, qui s'est déroulé dans les hauts et les bas, dans la montagne de rire vertigineuse de Sachsenring, a connu une fin absolument imprévue. Quand Jorge Martin (Ducati) Il se dirigeait, sans problème, avec une demi-seconde d'avance sur 'Pecco' Bagnaia (Ducati), pour remporter sa troisième victoire de la saison, il est tombé au sol sans sens, sans être forcé, sans s'en rendre compte.

Et Bagnaia, qui a rempli son Médecin généraliste n°200il s'est offert le plus beau cadeau de mariage (il va se marier maintenant !) et a obtenu, facilement, presque involontairement, son cinquième victoire consécutive de l'année (Qatar, Espagne, Catalogne, Italie et Allemagne), récupérant la direction de la Coupe du Monde. L'Italien a débuté avec 15 points de moins que Martinateur dans la course d'aujourd'hui et part en vacances (il n'y aura pas de grand prix avant la fin du mois, en Angleterre) avec 10 points de plus.

MM93 est de retour

Bien sûr, le vrai spectacle, le show, les filigranes, le « encore plus difficile », lo más vistoso, lo más chulo de la carrera de Sachsenring lo protagonizaron los hermanos Marc y Alex Márquez, que, por vez primera desde que los hermanos japoneses Aoki subieron al podio en Imola-1997, han compartido podio con el ganador y actual bicampeón du monde. Le plus jeune Márquez a toujours été en tête, parmi les cinq premiers du groupe de tête, tandis que le plus âgé, huit fois champion du monde, est parti de la 13ème position et a terminé deuxième, dans l'un des grands prix les meilleurs et les plus décisifs de sa carrière non moins brillante.

(Consultez le calendrier MotoGP)

« 7 juillet, San Fermin ! Bravo », a crié Marc en descendant du podium. « Je vais dire ce que je ressens », a déclaré Marc avant de monter sur le podium : « Je préfère monter sur le podium avec Alex que d'avoir gagné la course. C'est un bonheur unique, merveilleux, d'être avec Alex sur le podium et les gens qui nous connaissent. « Ils savent bien qu'il en est ainsi. » L'aîné des Márquez a rappelé que cette deuxième place, cet « argent sterling », était le fruit d'une conquête, après quelques-uns des week-ends les plus durs de sa vie.

« Allez, le 7 juillet, San Fermi ! Je préfère, et je le dis du fond du cœur, monter sur le podium en compagnie de mon frère Alex, que de gagner la course. Cela a été un événement incroyable, impensable. » revenir »

Marc Marquez

— Pilote Ducati du Gresini Racing Team

« Je suis arrivé au Sachsenring en rêvant du grand week-end et du rêve de viser la victoire, mais c'était le pire. Tout nous est arrivé : des pannes, des chutes graves et des dégâts, Bradl nous dérange dans la 'quali', de la douleur partout, nous nous sommes partis 13ème… mais l'équipe a travaillé comme un fou et nous sommes en tête, non ? Márquez, qui a débuté le GP avec 66 points de retard sur Martín, part en vacances avec 56 points de retard sur Bagnaia. « Pouvez-vous être champion ? Vous pouvez, oui, les chiffres le disent, mais ce sera très difficile, très difficile. 'Pecco' et Martín ont un peu plus de points que moi, mais nous n'allons pas jeter l'éponge. « .

Márquez, qui admet que, lorsque Franco Morbidelli l'a heurté après l'avoir dépassé, son pare-brise s'est brisé et son airbag s'est déclenché, le déclic s'est produit dans sa tête. « Eh bien oui, c'est à ce moment-là que j'ai dit à fond, jouez! et que se passe-t-il. Et poussez fort. C'est pourquoi j'ai dépassé Enea (Bastianini) de quelque manière que ce soit, comme une bête. C'était tout ou rien. J'ai vu ce 'Pecco' J'ai poussé Martin jusqu'à commettre son erreur, puis j'ai couru après Alex, je l'ai dépassé et nous sommes montés ensemble sur le podium, lors d'un des jours les plus beaux et les plus heureux de la famille.

(Classement du Championnat du Monde MotoGP)

Allez pour tout

Tandis que Marc Márquez revenait sur son circuit talisman (il a gagné 11 fois de suite), Martín s'en est sorti avec la même facilité qu'hier, dans le « sprint », Bagnaia s'est légèrement battu avec Morbidelli (Ducati) et, finalement, il a été limité à attendre son moment. « Quand Jorge et 'Morbi' sont partis dans les premiers tours, je me suis dit 'tu restes tranquille, ils vont passer un mauvais moment à la fin' et, oui, moi, à mon rythme, j'ai réussi à arriver au bout. dans une meilleure situation Si c'était arrivé à Jorge ?, difficile, mais la mission était de forcer sa chute.

Derrière, Alex Márquez courait comme jamais « malgré un week-end très compliqué ». L'important pour terminer troisième était « de ne pas devenir nerveux, de faire confiance à mon rythme et de savoir qu'ici, au final, tout finit par payer, car c'est une piste très sinueuse ». Le bonheur de la petite famille Márquez était indescriptible à la fin de la course, se serrant au milieu de la piste et avec les motos jumelées à son frère, avant d'atteindre le « corralito ».

Classement généraliste : 1. « Pecco » Bagnaia (Ducati), 40 minutes 40,063 secondes ; 2. Marc Márquez (Ducati), à 3,804 secondes ; 3. Alex Márquez (Ducati), à 4,334 secondes ; 4. Enea Bastianini (Ducati), à 5,317 secondes et 5. Ftanco Morbidelli (Ducati), à 5,557 secondes.

championnat du monde des pilotes: 1. 'Pecco' BAGNAIA (Italie), 222 points ; 2. Jorge MARTIN (Espagne), 212 ; 3. Marc MÁRQUEZ (Espagne), 166 ; 4. Enea BATIANINI (Italie), 155 et 5. Maverick VIÑALES (Espagne), 125.